Dorothée, sa bio

 

 

C'est le 14/07/1953 que naît Dorothée (de son vrai nom Frédérique Hoschedé) à la clinique des « Belles Feuilles » à Paris. 

La petite Frédérique passe son enfance à Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine) avec son père, ingénieur et musicien (qui chantait Brassens) sa mère, femme au foyer, et son grand frère Jean-François (de 7 ans son aîné). Elle a fait ses études chez les sœurs ; garçon manqué, élève moyenne, les maths n’étaient pas son fort.

Frédérique n’avait pas d’idole, aucun sport préféré. Elle prenait des cours de danse et de piano, ce qui lui permit d'obtenir le 3e prix du Concours Nerini à l'âge de 11 ans.

Deux ans plus tard, lors de vacances en Angleterre (en août 1967), elle découvrit le rock’n’roll. Frédérique correspondait avec Suzie, une Anglaise avec qui elle est toujours amie ; elle fut d’ailleurs demoiselle d’honneur au mariage de Suzie.

En 1970, Frédérique Hoschedé est remarquée par Jacqueline Joubert (qui a créée la 1ère unité jeunesse) lors d'un concours de théâtre inter-lycées où elle joue la pièce « Un caprice » d'Alfred de Musset, qu'elle a elle-même adaptée. La même année, elle obtient un rôle dans « L’amour en fuite » de François Truffaut.

En 1973, elle fait ses débuts dans « les Mercredis de la jeunesse » sous le pseudonyme de Dorothée, avec pour partenaire la marionnette Blablatus. L'émission ne survit pas à l'éclatement de l'ORTF et s’arrête en 1974. Dorothée anime ensuite la rubrique « Le Club » dans l'émission « Les Visiteurs du Mercredi » jusqu'en 1975.

En 1976, elle co-anime « Réponse à tout » sur TF1 jusqu’en juin. Puis s’enchaînent les petits boulots : secrétaire dans une société de robinetterie, doubleuse lumière le dimanche après-midi chez Michel Drucker, animatrice de supermarché…

En 1977, Dorothée est speakerine sur A2, avant d’animer à la rentrée « Dorothée et ses amis », une émission avec des dessins animés.

A l’été 1978, Jacqueline Joubert produit « Récré A2 » : bricolage, musique, marionnettes, concours… Dorothée est rejointe par Jacky, Corbier et le dessinateur de « Charlie Hebdo », Cabu, qui a dessiné les pochettes des disques de Do’ ; Ariane Carletti, comédienne de théâtre, débute dans cette émission. Elle est productrice artistique chez Jean-Luc Azoulay. Patrick Simpson-Jones y fait également ses débuts (il vit aux USA). Dans cette émission, Dorothée a incarné Stan Laurel et Carlos lui a donné la réplique pour Oliver Hardy.

En 1980, Dorothée retourne devant les caméras dans « Pile ou face » de Robert Enrico (avec Philippe Noiret) puis elle se détourne du cinéma. Dorothée se fait remplacer par Ariane dans « Pile ou face ». 

Elle poursuit Récré A2 jusqu'en 1987, avant d’être contactée par TF1, afin d'animer le célèbre « Club Dorothée » (jusqu'à 26 h de direct/semaine). Entourée d'une tribu d'animateurs (Ariane, Corbier, Patrick et Jacky), cette émission connaît un immense succès d'audience de 1987 à 1997. La joyeuse équipe tourne également 139 épisodes de la série déjantée « Pas de pitié pour les croissants » sur Antenne2 entre 1987 et 1991. 

1987 : la révolution TV voit la naissance de nouvelles chaînes et la privatisation de TF1. C’est cette même année que Dorothée rencontre Jean-Luc Azoulay. Dorothée devient directrice des programmes jeunesse (5 à 6 millions de téléspectateurs) et le 2/09/1987, L’aventure Club Do’ commence sous les aléas du direct (problème de son) mais Dorothée improvise à merveille. 

Le Club Dorothée c'est :

  • 5 animateurs : Dorothée, Ariane, Jacky, Patrick et Corbier
  • 5 musiciens : Eric, Minet, René, Framboisier et Rémy
  • 2 choristes : Martine et Francine, ex-Fléchettes (danseuses de Claude François)
  • 30 danseurs
  • 8 caméras/1800 kw de lumières/900 m2 de plateaux à la Plaine-Saint-Denis
  • Plateau 1000 : direct du mercredi après-midi
  • Plateau 200 : sans prompteur ni oreillettes, pas de playback
  • 50 techniciens
  • 450 émissions en direct/+ de 6500 heures d’antenne/4 millions de téléspectateurs
  • 6 h de direct tous les mercredi/16 h par semaine pendant 10 ans
  • Réalisateur : Patrick LeGuen (a réalisé quelques épisodes de « L’instit »)

Elle tourne également pour la chaîne anglaise Channel 4 une série, 66 chump avenue en 1991. Les États-Unis, devant le succès énorme de Dorothée tentent eux aussi de la faire venir mais elle refuse, préférant se consacrer uniquement aux jeunes français. 

En 1992, lors d’un épisode spécial, les séries se mélangent (31 personnes à une grande table pour la Saint-Sylvestre) invités surprise : Dorothée, Ariane, Jacky, Patrick, Corbier. La même année, Dorothée est à Shangai et chante en chinois devant des étudiants, des jeunes cadres (elle y fera 2 tournées) pour eux, elle est une hard-rockeuse ; à Tokyo, elle tourne dans des séries voisines de Bioman comme « Jeranga » en japonais.

En décembre 1995 : inauguration de 12 chaînes satellite en présence de Dorothée.

De vives polémiques se font entendre sur la violence de certaines séries d'animation programmées dans le Club Dorothée, notamment Les chevaliers du Zodiaque dont certains passages sont censurés. En effet, des associations de défense des téléspectateurs, relayées par certaines personnalités politiques (Catherine Tasca, Ségolène Royal), se plaignent auprès du CSA qui sanctionne TF1 à plusieurs reprises. Le Club Dorothée souffre alors d'un sévère déficit d'image auprès des parents. AB Productions est victime de la jalousie de TF1 et le Club Do’ est supprimé par TF1 après la dernière du 29/08/1997. Dorothée abandonne également sa carrière de chanteuse début 1998. Dès lors, Dorothée s'est faite extrêmement discrète dans les médias. S’ensuit un silence médiatique, 14 ans d’absence durant lesquels Dorothée s’exerce à la peinture, sans grand talent, bien qu’elle descende de la famille Monet.

Cependant, la carrière de Dorothée se poursuit indirectement sur Internet où des dizaines de sites de fans voient le jour à partir de 1998. Dorothée a même été pressentie pour « L’instit ». Après l'échec du projet de chaîne de télévision pour la famille et la jeunesse Do TV en 2002, rejeté par le CSA, c'est l'échec du projet Club Récré (nom évoquant les deux émissions cultes présentées par Dorothée) en avril 2005 de Jean-Luc Azoulay, qui n'obtient pas de canal sur la TNT. Si le projet avait été approuvé, Dorothée aurait été conseillère éditoriale de la chaîne, préférant laisser l'antenne à de jeunes animateurs.

Dorothée n'est réellement sortie de son silence médiatique que 4 fois : à l'occasion de « L'École des fans » en 1998, de « Vivement dimanche » en décembre 2005, et en décembre 2006, où elle apparaît sur la scène de l'Olympia en tant que marraine de la comédie musicale pour enfants « Au Royaume des Bonbons ». Elle repasse le 4 novembre 2007 sur l'émission « Vivement Dimanche » dont elle est l'invitée. 

Un remix de « Hou la menteuse », signé Guillaume Stanczyk, sort en janvier 2006 et atteint la 6e place du Top 50 en quelques semaines, suivi en juillet par le remix de La valise (au succès plus modéré). La sortie d'un coffret DVD et d'un CD Live Best-of, regroupant les principaux concerts de Dorothée à Bercy (1990, 1992, 1994 et 1996), voit le jour dans la foulée.

Le Club Dorothée est relancé le 16 mai 2006, le temps d'une soirée spéciale sur AB1 : « les années Club DO » présentée par Jacky. Dorothée est marraine de la comédie musicale pour enfants « Eric le roi des bêtises et le Professeur Je-Sais-Tout au Royaume des Bonbons. En novembre 2006, Dorothée réapparaît sur Internet dans des extraits d'un pilote d'émission de cuisine diffusés sur le site Dailymotion, qui provoquent un certain emballement inattendu des médias (Dorothée se retrouve ainsi à la une du quotidien gratuit Metro), qui y voient un vrai retour en marche. Il semble néanmoins que Dorothée n'ait pas participé à ce projet (réalisé par son ami Pat Le Guen) dans ce but et les vidéos sont rapidement supprimées. Le single du remix « Allô, allô, Monsieur l'Ordinateur » est en vente le 4 décembre suivant. Mais la publicité est quasi inexistante, si bien que, là encore, le succès est relatif et le projet d'album avorté.

17 Avril 2010 : pression des fans oblige, Dorothée fait son grand retour sur la scène mythique de l’Olympia qui a vu ses débuts (guichet fermé) devant un public de 8000 fans de 30 à 40 ans ! Elle a le trac avant de monter sur scène et ce malgré sa grande expérience.

13/12/2010 : sortie du 17e album solo de Dorothée

18/12/2010 : concert à Bercy, retour d’Hélène (duo avec Dorothée)

 

Quelques-uns de ses plus grands succès :

  Son premier tube en 1982 : le générique de Rox et Rouky, un 45 T vendu à plus d’un million d’exemplaires.

   1982 : « Hou la menteuse »

   1983 : « Pour faire une chanson » spectacle sur scène

   1986 : « Maman »

   1986 : « Qu’il est bête »

   1987 : « Docteur »

   1988 : « Attention danger »

   1988 : « Détective privé »

   1988 : « Où s’en vont les cœurs brisés »

   1989 : « Tremblement de terre »

   1990 : « Chagrin d’amour »

   1990 : « La machine avalé »

   1990 : « Nicolas et Marjolaine »

   1991 : « Les neiges de l’Himalaya »

   1992 : « Allô allô M. l’ordinateur »

   1992 : « Une histoire d’amour »

   1992 : « Mon plus beau cadeau »

   1993 : « 2394 »

   1994 : « Si j’ai menti »

   1994 : « Dorothée Rock »

   1994 : « Non non ne dis pas »

   1995 : « Bonheur city »

   1996 : « L’enfant des neiges » (Zénith)

   1996 : « Je rêve »

   1996 : « Toutes les chansons du monde »

Commentaires (1)

1. ingrid 11/12/2011

supert le club dorothée ingrid samson votre fan depuis toujours

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×